Les colonnes enterrées

Découvrez le LIPDUB
« Ma ville je l’aime, j’en prends soin »
de Plaine Commune

Avec les habitants des villes de La Courneuve, Epinay-sur-Seine,
L’Île-Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine et Stains.

Découvrez les lipdubs de chaque ville dans la rubrique « Mon lipdub » Ici


LipDub

Enfouissez vos déchets !

Dans les quartiers offrant cette possibilité, des colonnes enterrées ont été installées. On peut y déposer le verre, les emballages et les ordures ménagères. Ces colonnes enterrées offrent beaucoup d’avantages : une grande capacité, une fréquence des tournées réduite et des emplacements propres intégrés au paysage. Pour les utiliser au mieux, quelques conseils.

À L’ÉCOLE AUSSI ON TRIE

À l’école aussi on trie !

Afin de mieux sensibiliser les enfants aux problèmes de la propreté et à l’importance du tri, plusieurs initiatives sont mises en place dans les établissements scolaires de l’agglomération. L’exemple de Saint-Denis où les élèves travaillent notamment au sein d’un Éco-parlement.
Aldjia Benhamiche qui répond à nos questions est éducatrice spécialisée en environnement.

- Dans quel cadre sont menées ces actions vers les écoles et quels en sont les objectifs ?
La Ville de Saint-Denis s’est engagée depuis plusieurs années dans la mise en œuvre d’une politique environnementale. L’éducation à l’environnement représente un axe important de la politique de la Ville, en particulier auprès du public scolaire.
L’Eco-parlement des écoliers existe depuis 4 ans. Chaque année, une dizaine de classes de cycle 3 (CE2 au CM2) s’inscrivent dans ce projet. Un appel à participation est transmis aux écoles en début d’année. Chaque année un nouveau sujet est choisi (biodiversité, changement climatique, éco mobilité). Cette année le thème retenu est celui des déchets.

Comment cette action se réalise de manière concrète ?

Ce projet se compose de deux phases majeures.
Dans un premier temps la sensibilisation des élèves. Cette phase permet aux élèves d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires à la construction de leur réflexion et de leur analyse du sujet environnemental choisi.
Ensuite vient la phase de mise en application des connaissances acquises. Vers le mois de décembre, chaque classe élie deux éco-ambassadeurs (une fille et un garçon afin de respecter la parité). Les deux éco-ambassadeurs se rendent en janvier en salle du Conseil Municipal pour proposer au Maire, à l’adjoint au Maire à l’enseignement et à l’adjoint au Maire à l’éducation à l’environnement et à l’écologie urbaine mais aussi aux inspectrices et conseillers de l’Education nationale, deux projets qu’ils ont conçus en classe et participant à la préservation de l’environnement. Après le vote des enfants, 4 projets sont retenus. L’éducatrice environnement intervient alors dans les classes pour coordonner et accompagner la mise en œuvre, par les enfants, des projets inter-classe.
A la fin de l’année scolaire une journée de restitution, à laquelle les parents sont invités, est organisée dans un esprit festif.

- Y a-t-il un travail préparatoire en classe avec les enseignants ?
En tant qu’éducatrice en environnement j’interviens, au minimum trois fois dans les classes pour expliquer aux enfants les enjeux, les mécanismes, le vocabulaire en lien avec le thème choisi. Mais aussi leur donner des clés pour qu’ils trouvent des solutions alternatives permettant de protéger leur environnement.
Une fois les projets votés, j’interviens pour accompagner les élèves dans la réalisation de leur projet. Pour cela je me base sur les connaissances qu’ils ont acquises dans la phase de sensibilisation et je les aide à réaliser leurs objectifs en travaillant de façon coopérative.
Il existe un véritable partenariat avec les enseignants qui participent à mes interventions, continuent en classe le travail avec les élèves entre deux séances. Ce projet doit s’inscrire dans les activités pédagogiques de la classe.

- Quels retours avez-vous ou espérez-vous ? Par exemple, espérez-vous que les enfants en parlent chez eux à leur parents afin de les sensibiliser aux problèmes de la propreté ?
Les enfants discutent beaucoup avec leur famille, et le projet de l’éco-parlement leur tient particulièrement à cœur, car ils sont acteurs de leur environnement et deviennent des éco-citoyens. Par ailleurs, les parents sont informés de la participation de leur enfant à ce projet, ce qui favorise la discussion. J’ai pu échanger avec quelques parents qui étaient intéressés par ce que leurs enfants leur avaient rapporté et souhaitaient plus de précisions. De plus, la prise de conscience des problèmes environnementaux se généralise et les parents sont le plus souvent ravis et fiers de pouvoir échanger  sur ces sujets avec les enfants.

itv G. Mahaut

La propreté à Saint-Denis : la collecte des déchets

Afin de mieux comprendre les problèmes de la propreté sur le territoire dyonisien, nous avons interrogé Guillaume Mahaut, responsable de la collecte des déchets au centre technique de Saint-Denis, qui nous expose le fonctionnement de la régie de Plaine Commune.


Mavillejenprendssoin : Pouvez-vous nous expliquer comment fonctionne la collecte des ordures ménagères à Saint-Denis ?

Guillaume Mahaut : Depuis janvier 2002, les questions de propreté et de collecte des déchets relèvent de l’agglomération et non plus de la municipalité. Sur un territoire aussi vaste que celui de Plaine Commune, il n’était pas possible de tout centraliser au même endroit et une unité territoriale a donc été implantée dans chaque commune, l’Île-Saint-Denis étant rattachée à celle de Saint-Denis. Chaque unité dispose de ses personnels propres et de son matériel, et deux principales missions leur sont confiées : la collecte des ordures ménagères et la propreté des espaces publics. Par ailleurs, il nous revient aussi de gérer les déchets assimilés, c’est-à-dire ceux provenant d’activités commerçantes ou industrielles. La collectivité ne disposant pas des moyens techniques et humains pour faire face à cette lourde tache. C’est un prestataire de service qui opère sur le terrain (l’entreprise Veolia). Une partie de notre travail consiste alors à gérer et assurer le suivi.

Mavillejenprendssoin : Quels types de problèmes rencontrez-vous sur le terrain ?

Guillaume Mahaut : Ils sont très divers mais relativement identiques à ceux constatés sur le reste de Plaine Commune. Tout d’abord, les éboueurs ont souvent à faire à des bacs mal présentés, non triés. On peut toutefois noter une légère amélioration du tri ces dernières années, mais pas significatives au point de permettre d’atteindre le but fixé par le Plan départemental d’élimination des déchets qui est une réduction de 15%. Globalement, il y a un comportement d’une certaine catégorie d’habitants qui pose problème et qui est du à une grande rotation de la population sur le territoire, alors qu’on voit bien souvent des habitants établis de longue date avoir un comportement plus citoyen envers leur cadre de vie.

Mavillejenprendssoin : Les dépôts sauvages représentent un vrai problème sur le territoire. Pouvez-vous nous expliquer comment le problème est géré ?

Guillaume Mahaut : Il existe un service qui traite exclusivement de ce problème car la situation est réellement préoccupante. Leur mission est de repérer les auteurs et d’intervenir en les verbalisant. Par ailleurs, le numéro vert mis en place par Plaine Commune (0 800 074 904) permet à chaque usager de signaler un dépôt anormal et nous permet d’intervenir rapidement. Mais il existe aussi des dépôts sauvages de plus grande ampleur qui relèvent vraiment de la pollution industrielle. Certaines entreprises peu scrupuleuses considèrent en effet ce territoire comme une poubelle. Nous espérons que les moyens entrepris parviendront à freiner ces mauvaises habitudes.

Mavillejenprendssoin : Avez-vous des moyens de sensibiliser les usagers ?

Guillaume Mahaut : Nous disposons de deux agents assignés à la sensibilisation au tri sélectif, mais, pour une population de plus de 100 000 habitants, ce n’est pas suffisant. Nous accompagnons toutefois des opérations pédagogiques orchestrées par la mairie au sein des écoles pour que où les enfants se familiarisent avec le tri. Les premiers projets devraient être mis en place dans les semaines qui viennent.

SUIVEZ LE GUIDE !

SUIVEZ LE GUIDE !

Cette nouvelle édition du guide de la propreté vous rappellera les différentes consignes de tri des déchets ainsi que le calendrier de ramassage des encombrants et les différents points de collecte du verre ville par ville. Les adresses et les heures d’ouvertures des déchèteries communautaires sont également indiquées dans ce guide.

Nouveauté cette année, une double page consacrée à la propreté sur l’espace public et un abécédaire complet qui vous permettra de savoir quoi faire de chaque type de déchets. Que faire de vos vieux pots de peinture ? Où déposer votre filtre à huile après une vidange ? Vous trouverez toutes les informations que vous cherchez en feuilletant cet abécédaire.

Téléchargez-le ici

guide